La CLASSE adopte une proposition sur la violence

Bonjour à toutes et à tous,


      comme vous le savez sûrement, depuis déjà un certain temps, la ministre de l’éducation, des loisirs et des sports du Québec, Line Beauchamp, a accepté de négocier avec les regroupements étudiants qui accepteraient de dénoncer publiquement la violence. Depuis le début de la grève, les médias ont contribué à surdéterminer l’importance de la violence dans le contexte du conflit étudiant, et la CLASSE s’est trouvée dans l’obligation de devoir consulter ses membres lors d’un congrès afin de pouvoir prendre position sur « la question de la violence ». Après une longue journée de délibération, la proposition suivante a finalement été adoptée à l’unanimité lors du congrès de la CLASSE qui a eu lieu aujourd’hui (22 avril):
1) Que la CLASSE défende activement le principe de désobéissance civile et les actions qui en relève,
sans s’en dissocier;

2) Que la CLASSE rappelle que la désobéissance civile n’est pas de la violence ni l’intimidation;

3) Que la CLASSE condamne la violence physique délibérée contre des personnes sauf dans les cas de légitime défense;

4) Que la CLASSE condamne la violence policière et institutionnelle dont sont victimes systématiquement les étudiantes et les étudiants, notamment la discrimination à l’accessibilité aux études selon les critères socio-économiques, les injonctions brimant le droit de grève et la liberté d’association, les humiliations, l’intimidation, la répression violente de la part des forces de l’ordre et des administrations;

5) Que la CLASSE souligne que les actions sont les conséquences de l’intransigeance du gouvernement Charest, c’est-à-dire que le gouvernement ne pouvait qu’être conscient de la nécessité de cette chaîne causale, et qu’elle réitère l’apport positif des actions de perturbations économiques et des blocages qui ont grandement contribué à la force du mouvement;

6) Qu’en ce sens la CLASSE exige d’être inclue dans tout processus de négociation avec le gouvernement dans le cadre de la présente grève, au même titre que les
autres organisations étudiantes;

7) Que la CLASSE considère comme clôt le débat public sur cette question;

8) Qu’advenant le cas où, malgré cette prise de position, le gouvernement du Québec refuse toujours d’inclure la CLASSE dans la discussions, que la CLASSE
prenne acte de l’incapacité du gouvernement à régler la crise actuelle;

9) Que le comité média de la CLASSE soit mandaté d’annoncer cette prise de position dans les plus brefs délais.

10) Que la CLASSE souligne la légitimité de la démocratie directe, qui s’exerce notamment en assemeblée générale;
Que les portes-paroles rappellent que les votes pris à mains levées en assemblée ne relèvent pas de l’intimidation, mais sont plutôt l’affirmation d’une volonté des membres de procéder ainsi;

Adoptée à l’unanimité

Il reste maintenant à voir comment le gouvernement réagira face à cette proposition. Ce sera un des éléments importants à propos desquels nous devrons nous consulter lors de l’assemblée générale de l’AELCUM qui aura lieu ce jeudi 26 avril à 13h au C-1029. En espérant vous y voir en grand nombre!

Marc-André Saucier
pour l’AELCUM
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s